XXIII. DEÛLE

DEÛLE / interprétation-fleuve

conception et mise en scène : Mélodie Lasselin & Simon Capelle

Dossier de présentation – DEÛLE

À l’origine, il y a l’affaire dite des noyés de la Deûle dans les années 2010 à Lille ; des personnes mortes en tombant dans l’eau sans que la justice ne parvienne tout à fait à élucider l’enquête. Et l’idée qu’une fois que la mort advient, brusquement, nous sommes toutes et tous, ceux et celles qui restent, livré.es à l’interprétation de comment ça s’est passé ; réponse que nous n’aurons jamais, la victime n’est plus là, elle ne parle plus. De là on pense à Ophélie noyée, et au fleuve des morts, le Styx, qui mène aux Enfers.
Cette pièce se veut une enquête sur la place que la nature, c’est-à-dire le fait d’appartenir à un même monde que tous les êtres vivants, occupe dans nos existences. On y questionne le futur à partir d’un fleuve qui coule depuis sa source jusqu’à son embouchure, et on parle aussi de ce que la mort et le temps permettent ou empêchent. C’est l’occasion d’évoquer également un territoire, le nôtre, à partir de ce qui le traverse, et, dans le cas de cette affaire, des tensions entre extrême-gauche et extrême-droite.